patrice.jpgTribune du groupe communiste parue dans le mensuel 92 du CG d'octobre 2006
Nous n'entendons pas le MEDEF se plaindre de la politique du président Sarkozy. Par contre nous entendons et nous voyons des salariés, des chômeurs, des syndicats demander plus d'implication à leur côté du Conseil général dans leur lutte pour la défense de l'emploi.

 

 

Alors que face à la fuite d’entreprises et d’emplois, il aurait fallu se concentrer sur les moyens de lutter contre la financiarisation croissante des entreprises, la majorité UMP/UDF du conseil général rejette les moyens d’un véritable contrôle par notre administration, les salariés et la population, des fonds publics alloués à l’emploi. Comme si en terme d’évaluations, le président Sarkozy était moins exigeant vis-à-vis du rôle social des entreprises qu’en terme de contrôle des rmistes.

 

 

A notre interpellation pour qu'il intervienne contre les délocalisations, le président du CG92 refuse, dit-il « d’imposer des contraintes aux entreprises »  qui perçoivent des fonds publics « de peur d’en dissuader d’autres de s’installer ».

 

 

Mais soyons juste, si notre président est médiatique, c’est ici, dans les Hauts-de-Seine, comme ailleurs ! Dans le département le plus riche de France, nous subissons les mêmes tendances qu’au niveau national : toujours plus de précarité pour la jeunesse, une augmentation du nombre de Rmistes, la désindustrialisation… Il n’y a de ce point de vu aucune originalité de laboratoire ! La politique de Sarkozy ressemble à celle de De Villepin qui ressemble à celle de Rafarin,…

 

En fait la droite libérale, c’est la privatisation des profits, et la collectivisation des déficits, des pertes et des dégâts sociaux. Le MEDEF s’en sort toujours bien !

 

Il faut sortir ce cette logique.

 

 

Patrice Leclerc

 

Conseiller général

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir