SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 14 NOVEMBRE 2005 GROUPE COMMUNISTE  - QUESTION ORALE DE MADAME NADINE GARCIA  relative a l’emploi

A MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL 

Monsieur le Président,

Le 7 octobre dernier, mon collègue Christian FISCHER vous interpellait sur la situation des entreprises Helwett Packard à Issy Moulineaux, Aircelle à Meudon et Thalès à Bagneux.

Un mois après, nous sommes toujours loin de l’embellie annoncée, de nouvelles suppressions d’emplois sont annoncées dans notre département.

En effet, quatre mois après le rapprochement de neuf télécom et de Cegetel, le groupe de télécommunication annonce près d’un millier de suppressions d’emplois, soit plus du quart des effectifs. 80% de ces suppressions vont avoir des conséquences directes sur notre département puisqu’elles concernent les sites de Boulogne et de La Défense.

C’est un nouvel épisode des raids financiers qui ont frappé ces deux entreprises depuis 2002.

Le but de ce nouveau rapprochement est clair :

- Assurer à ses deux actionnaires principaux, SFR (filiale de Vivendi) et Louis-Dreyfus un taux de profitabilité supérieur à 20%.

- Préparer une entrée rapide en Bourse.

- Assurer à Vivendi la possibilité d’un futur contrôle total de cette si belle « vache à lait ».

Ce plan de suppressions d’emploi permettrait à Vivendi, dont le bénéfice net bondit de 50% cette année, de ne pas respecter l’objectif de créer 2100 emplois d’ici à 2009. Créations d’emplois qu’il a du promettre au gouvernement en 2004, vous étiez d’ailleurs Ministre des finances, en échange d’avantages fiscaux considérables liés au « régime du bénéfice mondial consolidé ».

Concernant les évènements de ces derniers jours, vous avez dit qu’il ne devrait y avoir aucun impunité, je vous demande que cela s’applique aussi à vos amis patrons qui licencient après avoir reçu des cadeaux fiscaux pour créer de l’emploi.

L’irresponsabilité en terme sociale des deux actionnaires principaux, Louis-Dreyfus et Vivendi, est inacceptable ! Je ne vous ai pas entendu sur ce sujet.

Ces groupes se disputent les entreprises du secteur dans le seul but de la rentabilité financière sans tenir compte des emplois et de leur pérennité en ayant une stratégie d’investissement minimum.

Monsieur le Président, nous vous interrogeons d’autant plus aujourd’hui qu’en tant que ministre d’Etat en 2004, en plein « Plan de Sauvegarde de l’Emploi de la direction réseau de Cegetel » vous avez promu au grade de Chevalier de la légion d’honneur, la DRH de Cegetel, pour service administratif rendu à la Nation et sa contribution à la libéralisation des télécoms.

Nous vous demandons donc, Monsieur le Président du Conseil Général, Ministre d’Etat, d’intervenir auprès du gouvernement pour

- qu’il prenne ses responsabilités sur l’emploi comme l’a confirmé la Commission européenne à propos de Hewlett-Packard,

- qu’il exige que Vivendi respecte ses engagements en terme d’emplois y compris dans ses filiales, sous peine d’une mise en cause du régime fiscal privilégié dont celui-ci bénéficie et agisse contre toute discrimination à l’embauche,

- qu’il mette en place un moratoire suspensif de toutes les décisions de suppressions d’emplois à Neuf Cegetel permettant la sécurisation et la promotion des parcours professionnels de tous les salariés concernés, la maîtrise technologique nationale et européenne des technologies informationnelles.

Nous vous demandons de recevoir, en urgence, une délégation des salariés pour faire émerger des solutions alternatives à ces suppressions d’emplois.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir