dgiz_fete_huma.jpgSEANCE DU CONSEIL GENERAL 30 Mars 2007 - Intervention de PATRICE LECLERC - Rapport 07.85 -Subvention de fonctionnement aux conservatoires et écoles de musique du département pour l’année 2007

Monsieur le Président Sarkozy,

Mes chers collègues,

Le 22 Décembre 2006 nous adoptions le Schéma Départemental des enseignements artistiques avec l’idée de donner au public et en particulier aux plus jeunes un outil renforcé de connaissance, de rencontre, de création et d’apprentissage artistique. Nous ne pouvions que souscrire à l’ambition alors annoncée dans ce schéma départemental à savoir je cite : "mettre en œuvre une politique d’accompagnement culturelle d’aménagement du territoire en faveur de l’enseignement artistique spécialisé, et organise l’accès du plus grand nombre à un enseignement artistique diversifié, de qualité et de proximité ". Nous regrettons cependant que ce schéma départemental soit concomitant à un désengagement de l’Etat dans ce domaine.

Ainsi, l’adhésion au Schéma départemental doit donner naissance à une diversité tant dans la nature de l’enseignement que dans les publics visés, en intégrant particulièrement la question des publics scolaires. La encore, comment ne pas soutenir un projet qui vise a initier les plus jeunes aux enseignements artistiques.

Mais la majorité UMP/UDF, n’assure pas sur la question du financement. Nous demandons plus sans augmenter les moyens. Votre proposition d’augmenter de 2% l’enveloppe globale des subventions en direction des conservatoires de musique est très largement insuffisante dans ce contexte.

D’autant que vous proposez, en fait, une augmentation de 1% pour tous, et comme carotte, une augmentation de 1% supplémentaire proportionnel à la subvention 2006, pour les établissements adhérant au schéma départemental.

La grande majorité des conservatoires recevra donc une augmentation de 1% pour une augmentation de 1,7% de l’inflation et une somme variant entre 200 et 400 euros supplémentaires. Je crains que cela ne fasse pas le compte en fonction des frais supplémentaires induits par l’application du schéma départemental.

Il serait intéressant de questionner les responsables des conservatoires pour avoir une estimation des frais supplémentaires occasionnés par nos justes ambitions départementales en matières d’éducation musicale pour ajuster nos subventions.

En effet, de nombreux conservatoire devront recourir a des dumistes, ces professionnels qui interviennent dans les écoles et ce, à raison parfois de 15 heures par semaines pour répondre à nos objectifs. Le faible 1% d’augmentation promis ne suffira donc pas à couvrir ces dépenses nouvelles, d’autant que le 1% accordé en sus est déjà inférieur à l’inflation. Il faut ajuster nos subventions aux ambitions pédagogiques que nous soutenons sinon cela risque de n’être que des promesses, des objectifs, des intentions, mais pas une réalité vécue par les jeunes de notre département. Tout est possible… à condition d’y mettre les moyens !

Nous vous demandons donc Monsieur le Président, de vous engager à revoir le montant de nos subventions dès le prochain budget supplémentaire à partir d’un travail, conservatoire par conservatoire, sur les coûts supplémentaires induit par les actions conduites pour la mise en œuvre de notre schéma départemental


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir