Communiqué de presse du Groupe communiste et citoyen

L’Etat doit aussi payer ses dettes au 92 ! Patrick Devedjian doit utiliser cet argent pour les Altoséquanais  et arrêter sa politique antisociale !

Dans les Hauts-de-Seine, comme pour tous les départements, l’Etat ne couvre pas intégralement les compensations liées à ses transferts de compétence.

Déclaration des Conseillers Généraux Communistes et Citoyens des Hauts-de-Seine

NOUS NE PAIERONS PAS LEUR CRISE !

Avec la crise économique et financière et la décision du gouvernement de soutenir les banques et les marchés financiers, en injectant des sommes considérables sans contrepartie pour la croissance et l’emploi, le déficit public national, déjà élevé, explose littéralement pour atteindre aujourd’hui le double de celui de l’année dernière, 158 milliards d’euros ! 8% du PIB !

Séance du Conseil Général du 12 Mars 2010

AMENDEMENT -Présenté par Catherine Margaté -pour le groupe communiste et citoyen-sur la délibération 10.30

Modalités d’indemnisation des étudiants de l’enseignement supérieur accueillis en stage par le conseil général des Hauts-de-Seine

Exposé des motifs

Le conseil général propose dans ce rapport d’appliquer les conditions relatives aux modalités d’accueil des étudiants de l’enseignement supérieur en stage dans les administrations et établissements publics de l’Etat.

Conseil Général –Séance du vendredi 12 mars 2010 Vote du budget primitif
Intervention de Patrick Jarry

Monsieur le Président, chers collègues,     

« L’économie française est sortie de la récession » voilà ce que l’on a pu entendre souvent ces derniers temps, soit dans cet hémicycle, soit prononcée par nombre de ministres ou de parlementaires de la Majorité présidentielle.


La réalité est bien plus cruelle que cela car si le Gouvernement a beau se féliciter de la timide reprise de la croissance, qui a atteint 0,3 % aux deuxième et troisième trimestres 2009, et d’une tendance au redémarrage de l’économie, le fait est que le PIB de notre pays a accusé un recul sans précédent depuis l’après-guerre et que le chômage poursuit sa hausse. Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques, 10 % de la population active est au chômage en ce début d’année et 10,6 % le sera fin 2010.


Dans les Hauts-de-Seine, à la fin 2008, il y avait 71.453 chômeurs (catégorie A, B, C) et à la fin 2009, nous en comptons 84.771, soit une évolution de + 18,6 % en un an, quand elle est de 18,4 % pour l’Île-de-France et de 18,3% pour la France métropolitaine !

Lire la suite avec le fichier joint.

 

 

92.jpgA l’image de ce qui se passe dans notre pays, le département des Hauts-de-Seine, n’est pas épargné : hausse du chômage, multiplication des annonces d’entreprises qui ferment ou se délocalisent, de plus en plus d’Altoséquanais en grande précarité.

Une réalité tout autre de ce que peut annoncer le gouvernement dont Patrick Devedjian est ministre du plan de relance.

 

Une dépèche de l'AFP paru dans le Monde
Deux anciens dirigeants d'une association de promotion de l'outre-mer, très largement financée par le conseil général des Hauts-de-Seine (CG92) entre 2000 et 2005, comparaissaient vendredi au tribunal de Nanterre, accusés de détournements pour environ 150.000 euros.

Créée en 2000 à l'initiative de Charles Pasqua, alors président du CG92, la Maison départementale de l'Outre-mer (MDOM) avait pour mission de "favoriser le rayonnement" de ces territoires dans les Hauts-de-Seine, a expliqué au tribunal l'ancien directeur général de la structure, Freddy Loison, poursuivi pour abus de confiance avec un ancien associé, Bienvenue Yem Binam.

Séance du vendredi 12 février 2010 - Débat d’Orientation Budgétaire - Patrick Jarry
Monsieur le Président, chers collègues,

Comme vous l’indiquez en introduction du rapport et comme monsieur Caron l’a souligné, c’est une séance particulièrement importante qui « revêt un caractère particulier » parce qu’elle détermine les grandes lignes budgétaires et reflète la volonté politique de la majorité de ce département. Bien évidemment, je ne pense pas que l’on puisse évoquer ce débat d’orientations budgétaires en dehors du contexte national et des décisions gouvernementales.

92.jpg« Manque de respect », «  acharnement contre les associations », « les critères d’attribution de subventions sont ceux de la rentabilité, financière », … ces mots sont ceux des associations des Hauts-de-Seine au sujet de la politique menée par le Conseil général.

Le samedi 30 janvier, nous avons rencontré une trentaine d’associations des Hauts-de-Seine afin d’entendre leurs revendications et mécontentements vis-à-vis de la politique départementale.