SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 25 JUIN 2010 - GROUPE COMMUNISTE ET CITOYENS

 

QUESTION DE MADAME CATHERINE MARGATE A MONSIEUR LE PREFET DES HAUTS-DE-SEINE

 

relative a la pjj et a l’education nationale

 

Monsieur le Préfet,

 

Nous portons beaucoup d’intérêt à cette rencontre et ce rapport annuel de l’activité des Services de l’Etat et tenons à souligner, en particulier,  la qualité des relations que les Conseillers généraux de notre groupe entretiennent avec les divers services de l’Etat.

 

Un bilan dont nous regrettons qu’il nous soit communiqué un peu tard, un bilan dont nous ne pouvons débattre, aujourd’hui, sans évoquer la régression générale des politiques publiques de ces dernières années.

 

C’est particulièrement vrai de la PJJ pour laquelle je souhaite que vous donniez un état précis de la réorganisation en cours. Au moment où les difficultés et problèmes des jeunes s’accentuent, la diminution des moyens de la PJJ suscite beaucoup d’inquiétude des personnels.

 

C’est vrai encore de l’Education nationale, avec cet empilement de réformes prises dans la précipitation et sans concertation, qui font reculer chaque jour un peu plus les fondements même de l’école républicaine gratuite, laïque et obligatoire.

 

 

Quelles vont être, pour notre département, les incidences du  «Schéma d’emplois 2011-2013 » dont on a beaucoup parlé ces dernières semaines et qui confirme la volonté du gouvernement à poursuivre le démantèlement du service public d’éducation en prévoyant d’ajouter aux 16 000 postes supprimés pour la rentrée 2010, 17 000 nouvelles suppressions de postes pour 2011.

 

-       Qu’en sera-t-il des effectifs par classe quand notre département à déjà un taux H/E parmi les plus élevés et qu’il est prévu une augmentation des effectifs ?

-       Qu’en sera-t-il de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans quand le taux d’accueil dans notre département - 7,5% - est parmi les plus bas ?

-       De l’avenir du RASED où, la encore, le nombre de postes vacants est l’un des plus élevés ?

-       De la scolarisation des enfants porteurs d’un handicap quand on sait le retard accumulé depuis des années ?

 

Quand des sommes colossales sont englouties pour sauver la finance et  qu’il n’est question que de chasse aux coûts  lorsqu’il s’agit de l’avenir des jeunes, comment comptez-vous faire, Monsieur le Préfet, pour agir contre les inégalités et l’échec scolaire, comment allez vous répondre aux missions de prévention face à si peu d’ambition pour notre pays ?

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir