Mesdames et Messieurs, Chers Amis,
Cher Roland Shafer, maire de Berkamen
Cher Jacques Brunhes, Cher Jacques Bourgoin
 
Merci d’avoir répondu à notre invitation avec Anne-Laure Perez Première adjointe et toute l’équipe municipale.
 
Dans le contexte national endeuillé, nous avons hésité à maintenir les vœux. Il est toujours difficile de savoir quelle est la bonne attitude dans de telles situations. 
 
Nous avons décidé de les tenir quand même comme un acte de résistance. Une résistance à la peur, un refus d’arrêter la vie, un refus d’empêcher les femmes et les hommes de continuer à se rassembler, se rencontrer.
 
Nous sommes endeuillés. Je remercie nos villes sœurs, El Bireh en Palestine et Bergkamen  en Allemagne pour leur message de solidarité et de soutien.
Permettez-moi en votre nom à tous, au nom de la ville de Gennevilliers, au nom de tous les conseillers municipaux, de présenter toutes nos condoléances aux familles frappées dans leur chair, dans leur cœur, aux familles de toutes les victimes de l’attentat contre la rédaction de Charlie hebdo, à l’ensemble des professionnels du journalisme. Condoléances aux familles des deux policiers abattus dans l’exercice de leur mission, à la policière municipale, à tous les policiers qui ont cette mission de protéger les citoyens, qui le font avec courage. Condoléances aux familles des otages assassinés d’un magasin qui n’a pas été choisi au hasard mais parce qu’il est kasher !
 
J’ai connu Charb et Tignous, en travaillant avec eux quand j’étais responsable du journal des électriciens et gaziers. Nous nous disputions, nous nous sommes toujours trouvés ce point commun de l’humour acéré, le plaisir de la fête, le désir de vie et d’humanité avant tout. Je suis sûr qu’ils préféreraient nous voir rassemblés aujourd’hui pour préparer la riposte ; que seuls chez nous atterrés, apeurés.
 
Je l’ai dit jeudi soir : 
"Nous sommes Charlie. Que nous partagions ou pas les contenus de ce journal. Nous sommes Charlie parce que nous sommes la liberté d’expression, la liberté de la presse, de réunion, d’opinion, de caricature, de croyance.  Nous sommes une conception humaine de la société.
Il s’agit bien de résister aujourd’hui, toutes et tous ensemble, résister au  terrorisme, résister à ceux qui veulent à nouveau faire entendre « le vol noir des corbeaux sur nos plaines »
 
Nous avons mis deux grands calicots, sur lesquels chacune et chacun d’entre vous pourra s’exprimer, marquer sa résistance à l’indicible, marquer le fait que tous les Gennevilloises et tous les Gennevillois refusent l’abominable.
Aucun mot n’est assez puissant pour décrire les sentiments d’horreur qui nous animent. L’impensable s’est produit.
 
Les faits sont avérés. Des auteurs de ces monstruosités ont habité un temps dans notre ville. Les Gennevilloises et les Gennevillois n’ont pas plus à s’excuser, se justifier d’avoir vécu à coté de ces monstres, que les musulmans n’ont à le faire quand leur croyance est ainsi piétinée. Par contre, nous avons le devoir toutes et tous de prendre position.
 
Je veux remercier les dirigeants de la mosquée de Gennevilliers qui font face avec courage et une grande clarté dans leurs propos. Cela ne m’étonne pas car nous nous connaissons bien mais comme eux je pense « que cela nous porte un coup, car ici à Gennevilliers, on est comme un labo de ce dialogue et de cette ouverture ». Comme eux je pense que notre meilleure riposte c’est de continuer ce que nous construisons dans notre ville : respect, dignité, partage, solidarité, combativité avec toutes et tous les habitants. Je remercie tous les Gennevilloises et les Gennevillois qui par les rassemblements massifs, leurs discussions, leurs actions dans le quotidien prennent position. Je remercie les enseignants, les éducateurs  qui doivent essayer de verbaliser, d’exprimer, donner des repères à des enfants sur un drame sur lequel il est difficile de trouver les bons mots. Tous ensemble, nous refuserons toute tentative de division, toute tentative de diversion.
 
Je connais l’inquiétude qui règne dans ce climat de chaos. J’ai donc demandé à Monsieur le préfet de prendre des disposions pour protéger tous les lieux de culte de la ville et nous appliquons à la lettre les dispositions du plan Vigipirate aux abords des écoles et des crèches.
En hommage aux morts, aux familles endeuillées, je vous demande de respecter une minute de silence.
 
Je vous remercie
Mesdames, messieurs
Nous sommes unis contre la peur, nous serons à la hauteur de l’engagement de ces illustres journalistes à la pointe de crayon acérée qui ont fait acte de résistance, de courage, depuis plusieurs années.
 
Cette actualité inhumaine montre que le caractère traditionnel des vœux ne doit jamais faire oublier que s’il est important d’avoir des moment conviviaux, rituels pour se souhaiter le meilleur à chacune et chacun d’entre nous, il est important d’inscrire ces souhaits dans des actions quotidiennes, pour que ces vœux prennent corps.
 
C’est pourquoi, avec toute l’équipe municipale qui m’entoure, je forme des vœux de résistance et de combativité.
Notre résistance à la barbarie c’est de vouloir ensemble, avec vous, préparer l’avenir de notre Ville avec beaucoup d’ambition. 
Notre carte de vœux avec ce petit Gennevillois et cette citation de Shakespeare,  résonnent  encore plus fortement aujourd’hui. Oui « nous sommes fait de l’étoffe de nos rêves ». Oui nos rêves c’est un monde où les évenements de ces derniers jours n’existent pas. Et bien oui, ce décor avec ces photos d’enfants et d’agriculture urbaine symbolise notre volonté de poursuivre nos rêves d’un monde meilleur.
Je remercie d’ailleurs le service des espaces vert, l’agriculteur de l’Amap, les relations publiques et les photographes pour ce beau travail.
Mardi dernier, j’ai présenté mes vœux aux institutions et partenaires, je me cite: 
 
« Je fais partie de celles et ceux qui sont très inquiets pour l’avenir. La situation politique et sociale, la désespérance populaire, les froids calculs égoïstes de quelques-uns sur le dos du plus grand nombre, à l’échelle du pays, de l’Europe comme de la planète, nous placent à une croisée des chemins qui doit nous amener à choisir entre la barbarie, la concurrence sauvage et la solidarité, le développement solidaire. »
En prononçant ces mots, je ne pensais pas que la barbarie allait s’exprimer sur notre territoire, mais l’enjeu était dit.
J’avais poursuivi mon intervention en interrogeant sur le sens de notre organisation en société, sur la place de l’être humain dans l’économie, sur les choix collectifs que nous faisons : est-ce bien toujours sur l’essentiel, l’humain ? 
Oui, nous devons réfléchir à nos choix, leurs objectifs.
 
Notre résistance à l’obscurantisme, au totalitarisme, c’est de développer le plaisir d’apprendre, le plaisir de découvrir, le plaisir de s’ouvrir aux autres, le plaisir de la culture, de toutes les formes de culture.
Nous le faisons au présent, nous le ferons avec détermination en faisant de l’élévation des exigences éducatives une priorité de notre Ville et en développant avec l’agriculture urbaine, avec l’économie sociale et solidaire, un nouvel art de vivre, plus respectueux des êtres humains et de la planète.
 
Un dispositif fort sur les temps d’activités périscolaires est mis en place, complémentaire au rôle indispensable de l’Education nationale et des enseignants.
 
Nous proposons à 100% des enfants scolarisés à Gennevilliers, des activités gratuites et de qualité, contribuant à accroître leur appétence culturelle et sportive. Nous poursuivrons en 2015 cette action pour essayer de donner le meilleur aux enfants et aux jeunes de notre ville. 
C’est la raison pour laquelle l’équipe précédente a engagé les travaux pour doubler la capacité d’accueil du conservatoire Edgar-Varese. 
C’est la raison pour laquelle nous continuons aussi à demander le classement en réseau d’éducation prioritaire le collège Pasteur et les écoles en dépendant. 
 
Notre résistance, c’est aussi d’agir avec tous les maires de France, quelles que soient leur couleur politique, contre le hold-up fait dans les caisses des collectivités locales. La décision gouvernementale est de réduire les dotations d’Etat de 11 milliards d’euros jusqu’en 2017 soit 10 millions d’euros en moins pour Gennevilliers !
 
Cette situation est injuste, elle est économiquement irresponsable. Cette austérité pour les communes aura des conséquences néfastes pour les entreprises du secteur privé, pour nos partenaires économiques. Nous réduirons notre budget de fonctionnement pour ne pas augmenter cette année les impôts locaux.
 
D’un côté, l’Etat nous demande de construire des logements dans le cadre de la Métropole parisienne et de l’autre, il nous supprime les moyens pour financer les crèches, écoles, centres de loisirs attendus par les habitants et qui doivent accompagner les constructions.
Nous ne désespérons pas de nous faire entendre, avec les autres maires de France. C’est le sens de la pétition lancée par la ville. Pour protester avec force, nous mettrons, avec de nombreux Maires en France, symboliquement la mairie en grève le 22 janvier et nous vous appelons à un rassemblement dans la soirée devant l’Hotel Matignon.
 
Nous avons des projets pour notre Ville, les Gennevilloises et les Gennevillois ont des besoins auxquels nous voulons répondre. Nous voulons réussir ce pari de construire au cœur du grand Paris, une ville moderne et populaire qui n’exclut personne. Une ville fière d’elle même, fière de ses habitants, engagée dans la construction d’un monde solidaire.
 
Notre résistance c’est de travailler pour améliorer la vie dans les quartiers. Nous avons obtenu le classement en ANRU du quartier des Agnettes. Nous rénoverons ce quartier, qui avec l’arrivée de la ligne 15 de métro en 2027 sera à 6mn de la Défense, 30mn de l’aéroport. Nous le rénoverons pour le bien-être des habitants d’aujourd’hui en engageant avec l’OPH la rénovation de 5 tours et d’un bâtiment, en y faisant un quartier de jardins partagés, un centre social et culturel pour développer le vivre ensemble, la qualité de vie. 
Notre résistance, c’est de continuer à agir pour le droit au logement. La livraison de 600 logements et l’ouverture du parc des Chausson cette année. 
 
Nous travaillons parallèlement à l’émergence d’un nouveau quartier résidentiel et d’activité économique devant le parc des Chanteraines, entre le magasin Leclerc et le centre commercial des Chanteraines.
La livraison, en mars 2015, de la deuxième tranche du parc commercial des Chanteraines « Enox » avec l’extension de Leroy Merlin générera ainsi 200 emplois pour lesquels un partenariat avec l’investisseur est en cours pour le recrutement de Gennevillois.
Gennevilliers est un territoire attractif. Nous faisons tout pour développer son attractivité. Signe du dynamisme de notre ville, la commune voit sa population croître de plus de 1000 habitants.
 
Nous sommes donc attentifs à l’amélioration des transports en commun. 
 
Oui, Gennevilliers est une terre d’avenir dans les Hauts-de-Seine, au cœur du grand Paris. Et notre résistance, c’est aussi d’agir pour que notre Ville se fasse respecter dans la Métropole. Nous suivons de très près ce dossier.
 
Nous avons su agir avec tous les maires concernés par la métropole pour obtenir que la loi, centralisatrice et autoritaire, soit revue. 
Nous défendons à Paris Métropole et à la Mission de Préfiguration, l’idée qu’une construction dynamique de la métropole ne peut se concevoir sans les projets et le vécu du terrain. C’est aux parlementaires à qui il revient, maintenant, de respecter cette orientation majoritaire.
Parallèlement, les discussions concernant les périmètres possibles des futurs territoires s’accélèrent. Nous proposons de relier les deux pôles économiques de Gennevilliers et La Défense en un seul territoire, pour assurer de belles complémentarités économiques, anticiper le renforcement d’un bassin de vie autour de la ligne 15 et du prolongement du T1 jusqu’à la Défense, et lutter contre les inégalités territoriales. Notre ville dispose de nombreux atouts à faire valoir : son port, ses grandes entreprises au rayonnement mondial comme Thales et tout son tissu de PME et PMI innovantes. 
 
Comme nous le faisons depuis 2 ans, nous continuerons à informer la population sur ce dossier. Je vous invite le jeudi 29 janvier à 19h pour une rencontre sur la métropole et notre territoire. Débat avec Yves Révillon, maire de Bois-Colombes, Gilles Catoire, maire de Clichy.
Mesdames, Messieurs, vous le voyez, l’avenir se construit ici, dans votre ville. Cela se fait avec et pour les Gennevilloises et Gennevillois. 
Ces projets ne pourraient pas être menés à bien sans l’investissement quotidien d’un fort service public municipal.
Je veux aussi remercier les responsables associatifs, sportifs, les milliers de bénévoles, qui donnent toutes les couleurs de notre ville, toute sa diversité, toute sa richesse humaine. 
 
Après cet effroyable massacre de personnes, nous portons le deuil. Après cette agression obscurantiste contre la liberté d’expression, cette violence inhumaine, nous résistons, en faisant que la vie continue, que la peur ne nous pousse pas au repli, mais que la soif de vivre en être humain soit la plus forte. Ici comme dans le monde. 
 
Vous pouvez écrire vos témoignages sur les murs à votre dispositions et rendez-vous demain pour la manifestation à Paris, nous  
faisons un départ collectif à 14h le parvis de la mairie.
 
Merci de votre attention et que vive l’esprit gennevillois de solidarité humaine et de combativité.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir